Suivre le Christ !

Les Évangiles nous décrivent avec une étonnante sobriété l’appel des disciples comme, par exemple, celui de Mathieu : « Suis-moi » lui dit Jésus et « l’homme se leva et le suivit » (Mt 9, 9).

La radicalité de la réponse de Mathieu ne doit pourtant pas masquer le tournant décisif que prend une vie en quittant, un certain confort, un métier, un cercle d’amis pour commencer une aventure aux horizons incertains.

La spontanéité de la réponse de Mathieu et le courage dont il fit preuve en suivant Jésus de Nazareth, sont les mêmes à des degrés divers chez tous les Apôtres. Pour tous, il y a eu un saut, comme dans le vide, en compagnie d’un inconnu. Mais plus fondamentalement, tous étaient des chercheurs de Dieu. Tous, grâce à la lecture de la Torah, avaient déjà le cœur ouvert et l’intelligence attentive à une manifestation du Dieu vivant dans l’histoire.
La compagnie avec Jésus environ trois années ne mettra pourtant pas fin aux doutes. Au contraire, ils étaient comme à l’ordre du jour et seront surtout renforcés par l’épreuve terrible de la Passion et de la mort du Maître. Il a fallu la résurrection au matin de Pâques pour que les disciples puissent, enfin, confirmer que Jésus est le Christ.

La suite du Christ n’est donc pas une tâche imposée à nos désirs d’hommes. Elle est fondamentalement l’accomplissement offert à tous ceux qui, par une recherche de toute leur vie, acceptent de se remettre entre les mains de Dieu et qui veulent courir l’aventure initiatique qui renouvelle profondément.

Dieu ne peut donc être vu et connu dans la foi que par ceux qui refusent une existence plafonnée et clôturée. Ceux qui trouvent Dieu sont ceux qui, perpétuellement, sont à la recherche du sens de leur vie et qui s’ouvrent en même temps à la rencontre avec le Créateur.

Ainsi, la foi n’est pas un point d’arrivée, ni une station finale de l’existence du croyant. La foi est plutôt un recommencement sans fin pour que ceux qui croient avoir trouvé le Seigneur, tiennent en éveil sa mémoire et ne prennent aucun repos.

Abbé Antoine Nouwavi,
Curé-Doyen des Sables